Bref, ma fille ira à l’école en flamand.

Ecole flamand français

Pas facile, le choix d’une école.
Encore moins à Bruxelles.
Encore moins pour un couple bilingue (belgo-belge j’entends, les autres se prennent moins la tête).

Nous, on a fini par opter pour le néerlandais pour l’entrée en maternelle d’Emma.
Tout notre entourage s’accorde à dire que c’est le bon choix. Avec des arguments plus ou moins justifiés, pour des raisons plus ou moins bonnes. Détricotage.

  1. Parce que le néerlandais, c’est important. Dans le contexte socio-économico-politique de notre pays où le fait de ne pas être en mesure de communiquer en néerlandais témoigne soit d’un manque de respect soit d’incapacité intellectuelle (même quand on habite Arlon), son apprentissage semble être devenu l’objectif ultime. Bien que je ne cautionne pas du tout les discours du type : “avec le néerlandais, on ne va pas loin, c’est une langue inutile”, je refuse de me faire embobiner par la taalfixette de certains, et on ne me fera tout de même pas avaler que la maîtrise du néerlandais doive passer avant celle du français.Carte néerlandais français parlés dans le monde
  2. Parce qu’un enfant favorisera toujours la langue de sa maman. Apparemment pas forcément. Selon mes récentes lectures sur le sujet, il arrive même qu’un enfant ait tendance à refuser de répondre à sa mère dans sa langue lorsqu’elle n’est pas majoritaire dans son environnement (c’est-à-dire lorsque ce n’est pas celle qui est parlée à l’école et au foyer), particulièrement quand il est conscient que la langue qu’il pratique le plus est comprise par son interlocutrice…
  3. Parce que l’enseignement néerlandophone est “meilleur”. Définis meilleur? Et puis donc toutes les écoles néerlandophones sont meilleures que n’importe quelle école francophone? Oh please.
  4. Parce que ça fera taire les mauvaises langues. De celles qui, à chaque fête dans ma belle-famille depuis la naissance d’Emma,me demandent quelle langue elle parle (sic).

Nous avons donc “postulé” auprès des deux communautés et puis opté pour l’école (1) qui était la plus proche de chez nous, (2) au projet pédagogique qui nous inspirait et (3) avec une certaine mixité sociale (-Définis mixité sociale? -Oh, flûte).

Bref, ma fille ira à l’école en flamand.
Cette langue que j’ai apprivoisée, finalement pleinement adoptée et qu’à défaut de maîtriser parfaitement je parle à présent spontanément, sans réfléchir, parfois sans même m’en rendre compte. Cette langue que nous utilisons le plus fréquemment à la maison. Cette langue qui, malgré tout, n’est pas ma langue maternelle.

Il serait très hypocrite de ma part de cacher mes appréhensions.
Comme si j’avais peur de voir ma fille s’éloigner de moi. N’est-ce pas de cela qu’il s’agit au final? Notre langue, c’est le moyen de transmettre notre culture, notre passé. Les livres que nous avons aimés. Les chansons que nous connaissions par coeur. Les mots si délicats à choisir pour exprimer notre pensée.

Et puis je pense à mon premier souvenir littéraire. Je me revois à demi allongée sur le grand lit de mes parents, lisant Le Lion de Kessel avec maman. J’éprouve à nouveau le bonheur de vivre un tel moment d’intimité avec elle et de fierté à l’idée d’être plongée dans un vrai livre pour les grands. Le roman en lui-même? J’ai tout oublié. Mais ça ne m’a pas empêchée de dévorer le reste de sa bibliothèque.
Bref, ce n’est pas Primo Levi qui a aiguisé mon appétit littéraire et tout ne s’apprend pas à l’école.

Je ne serai peut-être pas contrainte de faire une nouvelle tentative de plongée dans Hugo Claus, finalement.

interligne

Les cartables de la photo du haut, s’ils vous plaisent, sont de chez Les Déglingos, et vous pouvez les commander ici ou ici.

8 Comments Add yours

  1. Caro M. says:

    Je suis dans la même configuration linguistique à la maison et j’ai aussi des appréhensions! Ça me rassure donc de lire les votres!

    Like

  2. Tu as clairement raison de la mettre dans l’enseignement flamand. Je tuerai pour pouvoir y enseigner et surtout pour pouvoir y mettre mes enfants. Malheureusement, dans la région de Mons-Borinage, les bonnes écoles ne courent pas les rues! Nous avons, dans ma commune, une excellente école maternelle et primaire. Fort heureusement!

    L’apprentissage du néerlandais et des langues en général est mon cheval de bataille. Voilà pourquoi, j’ai établi des rituels en néerlandais avec ma fille, bien que ça ne soit pas ma langue maternelle. Ne baisse pas les bras! Apprends-lui tout ce que tu sais en français. Décris-lui ce que tu fais, ce que tu vois, raconte. L’input est tellement plus important que l’output! 😉
    Et même si elle boude le français, un jour où l’autre, elle sera contente de l’avoir quelque part bien caché dans sa mémoire!

    Like

    1. chem says:

      Oui, rien n’empêche que les moments lecture du soir soient fait avec maman en français, dans des livres et imagier en français !

      Et plus tard si tu veux qu’elle ait une connaissance du Français plus approfondie, que la connaissance orale du quotidien, tu peux toujours l’inscrire au cours français à l’EAD (enseignement à distance de la communauté française), tu pourras lui faire travailler le français exactement comme tous les petits élèves wallons 🙂

      Like

      1. Merci du conseil, je note! 🙂

        Like

  3. mùammy kiki says:

    Please ,don’t worry , j’ai déjà commandé les œuvres complètes de Marcel dans la pléiade pour ses 6 ans …and inch ‘Allah !

    Like

    1. Françoise says:

      C’est un choix. Et tout choix… bla-bla-bla… renoncement… blablabliblabla…
      De toute façon en in ieder geval, tout ira super-bien en zal kei leuk zijn !
      Go go go, Miss Emma ! 😉 💗

      Like

  4. Si on était reste a bruxelles, on aurait fait le meme choix, meme si aucun de nous n’est néerlandophone. Mais on vit a Kigali, du coup on a hésité : ecole belge ou ecole internationale en anglais. comme a priori , ce n’est pas une expatriation limitée dans le temps, on a choisi option ecole internationale , système anglais Cambridge. , surtout que leur méthode d’enseignement sont vraiment très différentes et que c’est plus ce qu’on souhaitait sans le savoir 🙂 On ne regrette pas. A 5 ans, elle est bilingue, et son niveau de français est très bon. En primaire , je verrais si je lui ajoute des cours de français via le CNED ou l’institut français, pour la grammaire surtout qui n’est pas forcément évidente . D’ailleurs excuse moi pour les fautes et les accents qui manquent, aujourd’hui je suis sur un clavier qwerty 🙂

    Liked by 1 person

    1. Ah chouette! Je crois aussi que le gros challenge sera la grammaire… mais tu as raison, à voir en primaire. Chaque chose en son temps!😊

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s